Nouvelle philo: le Néo-existentialisme

Le Néo-existentialisme est la nouvelle pensée existentialiste voire le vrai existentialisme comme jamais il n'a été conçu jusqu'ici!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Néo-existentialisme et Matérialisme moniste:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jubil BOISSY
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Localisation : DAKAR
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Néo-existentialisme et Matérialisme moniste:   Ven 16 Mar - 5:17

Le monisme matérialiste :

Le matérialisme moniste soutient que la matière est la seule réalité existante et ce depuis les présocratiques.

Et c’est là pour le néo-existentialiste une grande vision prophétique existentialiste, mais qui va tout de suite demeurer seulement à l’état d’un simple soupçon de la réalité existentielle quoique soupçon criard. Etait-ce encore précoce pour ces présocratiques ou … ?

De fait en parcourant l’histoire du matérialisme l’on peut se rendre compte que le mot « matérialisme » est équivoque ou prête à confusion, ce qui s’explique à travers le fait de la diversité des conceptions de la matière propres aux différentes philosophies matérialistes, de l’atomisme antique jusqu’au développement des sciences modernes.

Le problème des matérialistes depuis les présocratiques jusque dans la modernité c’est qu’ils sont au fond préoccupés et empressement motivés par la recherche d’une origine matérielle de l’univers et d’une explication de son organisation matérielle.

Le problème du matérialisme depuis la genèse de la philosophie c’est qu’il est plus une théorie de la connaissance, de l’anthropocentrisme car hermétiquement enfermé dans « l’épistémè anthropocentriste même », une théorie éprise de ce qui est « cause première » et « ordre ».

Le matérialisme moniste ou monisme matérialiste n’a fait depuis sa naissance que cheminer dans le même sens que la métaphysique, il n’a naquis et évolué que pour le plus grand intérêt de l’humain trop anthropocentriste qu’il place au cœur de ses préoccupations durant toute son évolution.

« Or et précisément la nature humaine est incompatible avec la réalité existentielle en soi. »

Vu par un néo-existentialiste le monisme matérialiste a le grand mérite d’avoir jeté les prémices de « la prophétie existentialiste pure » dès la genèse de la philosophie, mais cette prophétie existentialiste allait malheureusement se voir étouffée par la pesanteur de la décadence humaine pour alors demeurer hélas à l’état de simple soupçon sans doute criard mais encore trop embryonnaire.

Aussi fut-elle évincée ou remodelée entièrement à l’image des oracles trop anthropocentristes qui sans doute débutent ou se redynamisent avec Socrate et Platon.

Mais voici que souffle à nouveau le vent existentialiste plus radical, plus déterminé que jamais sans doute par « une volonté de puissance » ! Que va-t-il se passer ?

Ironie de l’histoire ou pas, en tout état de cause l’on peut remarquer que l’existentialisme pur et dur a été, à travers des soupçons certes, la première semence philosophique, et voici qu’il revient comme à la fin et comme pour tout moissonner et réorganiser ou…

Va-t-il apparaître en même temps comme étant l’alpha et l’oméga en philosophie ?

Etait-ce un pur hasard que l’existentialisme ait été la première vision philosophique à pousser des racines ou des germes ?

Ne serait-il pas le vrai chemin à explorer en philosophie face à la décadence humaine, raison pour laquelle les soupçons existentialistes furent les premières à voir le jour ?

Et cette décadence humaine ne serait-ce pas elle qui a valu l’émergence de l’esprit philosophique pour avoir été et demeuré trop pesante ? Y aurait-il réellement de philosophie si tout allait « le plus parfaitement » du monde ?

Quant à Héraclite en disant que l’on ne se baigne pas deux fois dans un même fleuve entendait-il soumettre son « on » à ce mobilisme universel, puisqu’il semble que c’est le même « on », l’humain, qui se retrouve toujours identique malgré les différents fleuves ?

Au nom de quoi l’identité de ce « on » devrait-elle faire exception au mobilisme universel, aux dépassement et devenir universels ?

N’est-ce pas là encore l’indice de la force sournoise de l’anthropocentrisme étouffant cette vision prophétique de mobilisme héraclitienne pour ne la laisser sévir qu’à l’état de simple soupçon quoique criard ?

Texte 2 :

Avec le monisme matérialiste le principe de toute existence se trouvait déjà révélé à savoir que la seule réalité existante est la matière et cela depuis l’antiquité. Mais ce n’était là qu’un état de soupçon même jusqu’au développement des sciences modernes, d’autant que nulle théorie matérialiste ne pouvait alors bien appréhender la matière en soi, chacune y allant de son propre côté.

Mêmes les physiciens actuels de l’univers et de l’atome, en développant des modèles mathématiques de plus en plus sophistiqués de la réalité physique, aboutissent à un résultat paradoxal : la matière pour eux « s’idéalise », elle tend à perdre la consistance et le caractère « concret » que lui accorde le sens commun, et les entités dont elle est constituée (particules élémentaires) sont de moins en moins directement observables, de plus en plus abstraites et «théoriques » ou « conceptuelles ».

Et le néo-existentialiste de remarquer que c’est parce que l’humain est tellement prisonnier de son « épistèmê » de nature pensante et anthropocentriste toujours ancrée sur les phénomènes du langage, de pensée, du savoir, d’où son dualisme de nature, qu’il ne peut point saisir la réalité existentielle de la matière et cela jusque dans la modernité.

Pourtant le néo-existentialisme sur cette question de la matière vient apporter une solution claire et originale (cf. premier et deuxième ouvrages de Jubil Boissy).

Car qu’est-ce qui leur dit d’abord que cet aspect-ci du Monde est de l’ordre ?

Qu’est-ce qui leur dit que la réalité physique était réductible à des modèles mathématiques, cet autre langage ?

Qu’est-ce qui leur fait croire que la matière était strictement un composé ou un ensemble d’entités, un composé de formes matérielles ?

Ah les humains trop humains s’écrierait « l’autre » ; et humains trop anthropocentristes nous écrierions-nous !

Bref le monisme matérialiste est une théorie de la connaissance pour l’humain et au profit de l’humain trop anthropocentriste, alors que le néo-existentialisme est un discours aux antipodes de la nature pensante et anthropocentriste.

Le néo-existentialisme vient parfaire et dépasser toutes les théories pro existentialistes qui l’ont précédé.

Cela est prétentieux sans doute n’empêche que c’est entre autre là sa vocation, car que vaudra-t-il s’il ne les dépasse pas ?

Texte 3 :

Philosophie épistémique et philosophie de rupture :
L’humain depuis ses débuts en tant qu’humain s’est toujours inscrite et a toujours évolué dans une pseudo épistèmê qu’il a lui-même concoctée à l’image et dans les limites de son humanité dont il est prisonnier, épistèmê qu’il maintient alors sournoisement dynamique au moyen du langage et de l’anthropocentrisme dont le dessein subversif inavoué est de faire craindre l’existentiel, le naturel au plus grand profit de la répétition et de la routine de l’acquis, du culturel quitte à ce que celui-ci comble ses insuffisances par des inventions mensongères et illusoires comme l’essence et autres...
Toute la philosophie n’a été toute son histoire qu’un inconscient docile disciple sinon qu’une prisonnière aliénée de ce pseudo dynamisme épistémique version humaine.
Cependant l’on peut remarquer les balbutiements de la tendance à la rupture, et cela depuis les débuts mêmes de la philosophie, tandis que cette rupture, parce que traquée et combattue de toute part, devait s’affirmer très lentement mais sûrement et devenir inévitable puisque « la mère » de « l’enfant perdu » omnipotente à jamais entends reprendre sa progéniture égarée avec toute la force de patience que cela requérra.
L’odyssée de la rupture a alors suivi deux chemins parallèles à savoir la pensée pro existentialiste et la pensée pro psychiste.
Toutefois ces deux cheminements auront été inefficaces vu du côté de leurs fruits qui n’ont pas été à la mesure de provoquer un vrai profond déchirement capable de paralyser le système épistémique version humaine même si donc ils ont le mérite de l’avoir secoué violemment comme par exemple avec Nietzsche dans le courant pro existentialiste.
De fait le cheminement pro psychiste aura été le plus important comme stratégie d’attaque à la source pour cibler les racines ou piliers de cette épistèmê anti-nature, anti-existence.
Et ce sera avec Descartes qu’une bonne brèche aura été ouverte pour demeurer maintenue avec l’empirisme ou la phénoménologie.
Mais Descartes, les empiristes et les phénoménologues ne se rendaient alors pas compte de la valeur salutaire de leurs œuvres, et celle-ci resta à l’état de soupçon pour voir alors triompher les soldats de cette épistèmê que sont le langage, la pensée et l’anthropocentrisme.
Il a fallu alors qu’advienne enfin une mentalité guerrière surpassant la peur et le pessimisme et dévoué à cet appel sournois et envoûtant de « notre mère » pour alors dévier les deux cheminements de la rupture vers une attaque en profondeur.
Dès lors les fruits d’une telle entreprise périlleuse ne pouvaient, à la victoire, qu’être inédits, spectaculaires et en même temps redoutablement efficaces pour se voir inscrits indéniablement sur le chemin du renversement et de la rupture profonds, irréversibles et éminents.
C’est ainsi que des profondeurs surgit aux antipodes de la nature ou épistèmê version humaine l’affirmation de l’unicité de la Nature physique et de son comportement d’animation pêle-mêle d’une part, et d’autre part la découverte de la conscience d’abord comme présence puis immédiatement comme présence condamnée à être une présence avec et pour quelque chose d’autre qu’elle.
Dès lors affirmer la nature et réalité intrinsèque de la conscience et en assumer ou vivre les conséquences devient chose aisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://philo2007.forumsdediscussions.net
Salah
Invité



MessageSujet: Un bonjour monisto-matérialiste...   Sam 18 Juin - 8:31

... Envie de l'exprimer ici, bien que je ne sois pas le soleil et donc je ne suis pas poussé à étaler une quelconque érudition par un héliocentrisme exacerbé.
Je ne suis que légèrement égocentrique et je voulais juste donner mon humble avis d'athée qui selon moi, et sans point être dubitatif, est que l'âme n'existe pas et n'est de l'ordre que d'une croyance fondée sur une foi ou une pensée qui a eu une erreur de parcours en sombrant dans un monde imaginaire, qui lui ne l'est pas, matérialiste.
Ma pensée veut que je sois totalement opposé au spiritualisme et à tous concepts développant des divinités dans un au-delà.

Voilà, c'est dit et je suis content.Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Néo-existentialisme et Matérialisme moniste:
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croire en l'esprit est une forme déguisée de matérialisme
» Matérialisme dialectique
» Réflexions (7) - matérialisme et progressisme
» Matérialisme philosophique et économique
» Le matérialisme est il explicitement condamné dans la bible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle philo: le Néo-existentialisme :: dialogues et divers-
Sauter vers: