Nouvelle philo: le Néo-existentialisme

Le Néo-existentialisme est la nouvelle pensée existentialiste voire le vrai existentialisme comme jamais il n'a été conçu jusqu'ici!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L’illusion; l’Imaginaire; l'Art; la Science; l'Erreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jubil BOISSY
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Localisation : DAKAR
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: L’illusion; l’Imaginaire; l'Art; la Science; l'Erreur   Mer 21 Mar - 11:21

L’illusion et l’imaginaire :

L’illusion et le mensonge se révèlent le plus souvent à travers les mots, notions et concepts qui sont creux et vides parce que n’ayant aucun soubassement existentiel ou réel ou imagé ou d’aspect de cela que peuvent produirent nos sens organiques.

L’illusion vient donc avec ces mots, notions et concepts creux ou vides.

L’imaginaire lui est d’abord fondamentalement fait d’images et rien d’autre.

Or l’image est d’aspect physique et relève de la nature de ce Monde-ci.

Dès lors l’image en tant qu’image est tout à fait réel parce qu’elle relève de la nature de ce Monde-ci.

De fait l’imaginaire traduirait le troisième mode de déploiement de l’action de la conscience. (cf. troisième ouvrage de Jubil Boissy intitulé « Le néo-existentialisme, Explications et Critiques », éditions Le Manuscrit, Paris, 2007, www.manuscrit.com)

L’imaginaire est la source fondamentale de la science et tout progrès, tandis que l’art est sa révélation à travers le premier mode de déploiement de l’action de la conscience (cf. le même ouvrage de Jubil).



La vocation et la signification de l’Art :

L’art qui ne s’inscrit pas dans la perspective anthropocentriste des illusions joyeuses a pour vocation première d’être un hymne, un appel prophétique à l’imaginaire.

Sa réalisation, sa matérialisation traduit alors l’intensité et la fécondité de l’interaction entre la conscience de l’artiste et l’imaginaire, elle traduit aussi la bonne foi de l’artiste à faire preuve de comportement existentiel de sa conscience dans le troisième mode de déploiement de l’action de cette conscience (cf. troisième ouvrage de Jubil Boissy).

De prime abord donc l’art ne se réalise pas pour l’argent ni pour le goût des autres les semblables ni pour leurs avis non plus.

L’art non plus ne se réalise pas pour nous sauver de l’absurdité de la vie avec ses routines et souffrances ; et là de simples rêveries joyeuses volontaires ou une simple ivresse auraient suffi pour jouer ce rôle de protecteur ou d’échappatoire face à l’absurdité de la vie.

L’artiste qui se complait à réaliser des œuvres d’art pour de l’argent ou pour le goût des et l’avis de ses semblables est déjà un nécessiteux de mort-vivant qui a besoin de subvenir à sa décadente vie trop humano anthropocentriste.

La réalisation de l’œuvre d’art ne se soucie pas du résulta final tandis que l’artiste de bonne foi ne se préoccupe aucunement ni se soucie nullement à ce que son œuvre acquiert ou suscite un sens commun une fois terminée.

Pour un artiste de bonne foi l’œuvre d’art une foi achevée est appelée à être délaissée et dépassée puis jetée, et c’est seulement là que de façon inopinée peut la rencontrer autrui ; tandis que pour l’artiste de bonne foi peu importe ce qui se passera alors lors de cette trouvaille par autrui.

Par ailleurs chaque œuvre d’art est en revanche comme un trophée matérialisant un triomphe, une victoire du sujet sur le sens commun.

C’est pourquoi un artiste de bonne foi ne doit pas commenter son œuvre d’art car celle-ci renferme déjà sa propre plénitude qui n’attend alors que d’être dépassée.

L’œuvre d’art encore une fois est un hymne, un appel prophétique à l’imaginaire ; elle traduit la disponibilité naturellement gratuite de l’artiste à l’écoute de la réalité existentielle. Elle montre une facette du comportement existentielle de la conscience de l’artiste, elle symbolise un acte d’alliance entre la conscience et l’imaginaire, puis un acte « d’amour » entre cette conscience et le Monde dans sa réalité existentielle.

Revendiquer l’imaginaire, cultiver l’art c’est affirmer et prolonger l’élan même de notre existence que l’humain a tant mutilée, haïe et punie, ce qui est une « souffrance » pire que celle qu’il indexe communément ; et tout cela parce que l’humain ne comprend rien de ce Monde-ci qui l’a pourtant engendré.

Heureusement que l’appel de notre « mère » est encore sournoisement vivace en l’artiste de bonne foi.

L’art au service de l’imaginaire et de notre existence ou comportement existentiel, voilà ce qui doit être tout son sens et tout le sens du culte de l’artiste.



Face à l’œuvre d’art !

Seuls ceux qui ne produisent pas d’œuvres d’art savent s’attarder devant celles des autres car leurs consciences dans le face à face se sentent attirées comme hypnotisées non pas par une soit disant beauté ou plaisir ou quelque chose d’autre de même sens commun mais attirées et hypnotisées par une sorte d’appel très sournois presque mystique qu’elles n’arrivent toujours pas à déchiffrer ni saisir pour seulement le soupçonner vaguement ?

C’est pourtant l’appel de notre « mère » dans son apparence imaginaire pour la perspective d’une fécondation au travers du troisième mode du déploiement de l’action de la conscience.

Hélas leurs consciences ont des yeux pour ne rien voir, et des oreilles pour ne rien entendre au clair, mais une langue bien raffinée et affûtée pour délirer dans leur proximité de flou total face aux oeuvres d’art.

Aussi entonnent-elles l’hymne aux illusions joyeuses et narcotiques qui exigent le sens commun pour mieux apparaître, s’affirmer, couler et contaminer.

L’art au service des illusions joyeuses de perdition via le sens commun voilà tout leur culte et toute leur sagesse à son sujet.


Si la finalité de l’art était le beau, à quoi servirait alors de diversifier les œuvres d’art, puisqu’une seule aurait suffit à faire accéder au beau et à y demeurer ?

Oseriez-vous peut-être renier l’universalité de votre « beau » pour intempestivement dire qu’il est divers en soi-même ?

Ce serait comique !


La science vue d’un point de vue néo-existentialiste :

Ce que la science n’avouera certainement pas comme étant son principe, sa racine fondamentale est et demeure l’art en tant que celui-ci est l’hymne et prophétie à l’imaginaire, à la contingence ou au dépassement et au devenir sans la nécessité pour lui l’art de s’inscrire dans l’anthropocentrisme.

Toutefois une autre chose intéressante serait de savoir si la science s’inscrit strictement dans la réalité existentielle au point d’en être une prophétie ou si cette science s’est toujours contentée de jongler entre cette réalité existentielle et l’œuvre anthropocentriste des illusions joyeuses.

En tout état de cause l’on peut pour l’instant remarquer que tant que les dires de la science renferment un soubassement actionnel, c’est-à-dire tant que ses dires s’appliquent immédiatement à une expérience concrète on ne peut plus possible, alors elle, la science s’inscrit dans la réalité existentielle.

En revanche lorsque son dire se plait dans l’abstraction et dans le général ou l’universel alors la science devient pareil au langage humain pour ne servir que l’œuvre anthropocentriste des illusions joyeuses.

Et une bonne part de la Mathématique s’inscrit dans cette perspective de la déchéance loin de la réalité existentielle alors que le technique pure, elle, se rapproche de cette réalité existentielle.

Mais qu’en est-il des nombres ?

Au regard du néo-existentialisme le nombre n’a de mérite comme renfermant un soubassement actionnel que lorsqu’il laisse voir qu’il exclut implicitement touts les choses qui n’appartiennent pas à l’ensemble de celles sur lesquelles le sujet concentre son attention comportementale.

Donc le nombre n’a de mérite que lorsqu’il désigne la ou les choses réelles qui captent le plus l’attention, la sollicitation, l’action du sujet.

En dehors de cette relativité, le nombre se met au service du général, de l’universel anthropocentriste et illusoire.

Et le nombre zéro, nul, que peut-il désigner ?

En tout état de cause il ne peut désigner le néant ou vide au sens de néant mais désigner plutôt « un pseudo vide » relatif c’est-à-dire une certaine absence d’action du sujet par rapport à un ensemble de choses évoqué ou absentes.



L’erreur vue d’un point de vue néo-existentialiste :

Admettre l’erreur au point de l’indexer pour seulement inventer autour d’elle quelque chose comme la responsabilité et la culpabilité, c’est faire insulte au comportement existentiel de la conscience et de l’organisme charnel, comportement qui ne sait qu’être action toujours réversible, toujours pêle-mêle et ce par contingence, tout en étant une coulée continue.

De même ralentir, circonscrire notre comportement existentiel et le structurer au point d’en indexer une partie pour construire autour quelque chose comme la morale, le bon sens, la règle, la raison c’est aussi faire gravement insulte au comportement existentiel de la conscience et du corps charnel et c’est aussi faire ainsi cas d’une volonté très négative manifeste et soutenue de punir l’organisme charnel et la conscience.

Par ailleurs toute sagesse qui prône des expériences transcendantales ou métaphysiques ou des soit disant méditations transcendantales à faire demeurer dans une stricte conscience coupée de tout l’organisme charnel et de tout le reste, cette sagesse donc fait cas d’un pire ascétisme de décadence moribonde et participe méchamment ainsi à la punition de la conscience et de l’organisme charnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://philo2007.forumsdediscussions.net
Jubil BOISSY
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Localisation : DAKAR
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: SCIENCE ET REALITE EXISTENTIELLE   Sam 16 Juin - 10:00

Science et Réalité existentielle :
Dans le Monde avec sa réalité il ne peut aucunement s’agir de « lois » mais d’affirmation car une loi ne supporte pas la contingence, le dépassement et le devenir tous aveugles et intempestifs alors que l’affirmation , elle, a ces choses pour modalités de possibilité.
Et cela la science ne le comprend pas, elle qui compte se constituer par une élaboration et accumulation préalable de lois.
Cela n’est d’ailleurs pas étonnant puisqu’elle n’est que la science de l’homme pour ses besoins on ne peut plus anthropocentristes.
Cette science en effet se constitue à l’instar du procédé dont s’est constituée la nature humano-anthropocentriste.
Et par ruse ou par mauvaise foi cette science veut faire croire au déterminisme, ce qui dénote là un autre manège au profit d’un dessein mystique inavouable que nourrit le genre humain.
Heureusement que l’art est encore là pour contrecarrer le projet déterministe au point ou en vue de l’anihiler.
Par ailleurs et pourtant F. Nietzsche déjà avait cette gaie vision dénonçant la science au profit de l’affirmation « existentielle » ou de « sa volonté de puissance. »
Hélas ils avaient des oreilles pour ne rien entendre de cette prophétie, et des yeux pour ne rien voir de la Réalité, et l’oracle nietzschéen passa pour « une perle précieuse au milieu des porcs. »
Le fond inavouable de l’épistémologie contemporaine :
L’épistémologie n’est en fait qu’une matérialisation ou manifestation extérieure d’une volonté obscure, mystique de l’humain oeuvrant alors à ce que la science ne se rapproche de l’Art existentiel et n’échape ainsi au déterminisme qui doive servir la cause on ne peut plus anthropocentriste.

_________________
"L'Homme ne devrait plus vivre pour ne demeurer ni être tel, mais plutôt s'existentialiser pour devenir..."
Oui le Néo-existentialisme vient comme apparaissant aux antipodes de la nature pensante et anthropocentriste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://philo2007.forumsdediscussions.net
 
L’illusion; l’Imaginaire; l'Art; la Science; l'Erreur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» entité ou ami imaginaire
» Illusion et/ou Réalité: Physical Use of Chi Energy, Demonstrated by John Chang, QiGong Master !
» Les limites de l'imaginaire
» Notre réalité n'est qu'une illusion
» interview imaginaire d'un auteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle philo: le Néo-existentialisme :: dialogues et divers-
Sauter vers: